Club des collectionneurs en Arts Visuels de Québec

À toutes mailles

Carole

VERNISSAGES SIMULTANÉS À QUÉBEC ET MONTRÉAL le vendredi 25 octobre 2013 à 17 h.


 

Le Centre MATERIA est fier de participer au volet « exposition » de 20/40 en proposant À toutes mailles! 20/40 est un vaste événement initié par Accès Culture Montréal, qui invite de nombreux diffuseurs culturels de la ville de Québec à investir divers lieux de la métropole. Ce projet permet à MATERIA d’organiser une première exposition se déroulant dans les deux principales villes du Québec. Pour l’occasion, la commissaire Carole Baillargeon a sélectionné des artistes qui déclinent le tricot sous toutes ses formes, même sociales. Les créateurs impliqués ont en effet la particularité de créer des liens avec la communauté, une maille à la fois.

 

L’utilisation de la technique du tricot dans des œuvres d’expression est relativement récente. Longtemps, les pratiques de la maille ont été boudées par les artistes. Avec le temps, grâce au caractère familier du tricot, les artistes ont trouvé de nouvelles manières d’impliquer émotivement le spectateur.

 

Au Centre MATERIA (Québec)

L’artiste Cécile Dachary (France) laisse libre cours à son intuition pour créer des œuvres au crochet sans plan établi ou compte de mailles. De son côté, Doug Guildford (Ontario et Nouvelle-Écosse) voit dans le filet de pêche un motif à impression qui dialogue avec des sculptures réalisées au crochet. Pour sa part, Janet Morton (Ontario), retourne à son avantage les préjugés face au tricot pour créer des œuvres qui transforment le banal en singulier.

 

À la maison de la culture Marie-Uguay (Montréal)

Le collectif Colifichet (Marie-Eve Gagnon, Marie-Michèle B. Lemaire, Dominique Savoie et Marie-France Tremblay) pratique le tricot à huit mains pour réaliser des œuvres doucement ironiques, inspirées par l’art populaire. Helga Schlitter évoque formellement le tricot dans ses mosaïques où chaque zone colorée s’unit aux autres pour créer une surface. Quant à Jacques Samson, il invite les visiteurs à transgresser la règle qui veut qu’on ne puisse pas toucher aux œuvres exposées pour plutôt caresser ses Sculptures Toutou. Luce Pelletier s’intéresse à la relation de ses œuvres avec leur ombre projetée. Seule artiste qui privilégie le tricot-mac e, Mylène Michaud, utilise des images puisées sur Internet comme un patron de tricot. En effet, elle tricote des codes QR ou des cartes Google où les mailles se transforment en pixels.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *